LE POLYPTYQUE EN  |  FR
 Retour catalogue Imprimer la notice

Eugène Boudin

Honfleur 1824 - Deauville 1898

À la Pâtisserie

1879

Plume, encre et aquarelle sur papier, 11 x 15 cm. Signé "E. Boudin" en bas à droite et daté "1879" en bas à gauche

Provenance : Zurich, Koller, 22 mars 2013 ; Paris, collection Le Polyptyque ; Paris, collection privée.

L’impressionnisme, rejetant l’académisme, se devait de « réinventer » le dessin qui lui servait de base. Là comme en peinture, Boudin montre la voie.   

Baudelaire, qui l’admirait (mais d’abord pour ses paysages) et le fréquentait à Honfleur, demandait au Peintre de la vie moderne (titre d’un essai de 1863 auquel Constantin Guys, aujourd’hui bien oublié, servit de prétexte) d’extraire « la beauté mystérieuse » contenue « non seulement dans les gestes et les manières, mais aussi dans la forme positive du visage ». De fait, la bouille inoubliable de la petite boulangère derrière son étal est très loin des ovales idéalisés d’Ingres…       

Le romancier et critique Edmond Duranty, prenant en quelque sorte la relève de Baudelaire, écrivait dans La nouvelle peinture (en 1876) : « Ce qu’il nous faut, c’est la note spéciale de l’individu moderne, dans son vêtement, au milieu de ses habitudes sociales, chez lui ou dans la rue (…). Avec un dos, nous voulons que se révèle un tempérament, un âge, un état social ». C’est exactement ce que réussit ici Boudin cernant le chaland, et particulièrement l’ouvrier à la casquette et le pêcheur au bonnet.               

Ce côté pris sur le vif est accentué par la vibration lumineuse du four, des becs de gaz et des reflets sur les cuivres, et l’horloge qui marque précisément onze heures. Pour autant, la spontanéité du trait n’exclut pas le souci de la composition. La guirlande de têtes fait écho à la frise d’ustensiles, les verticales et les horizontales délimitent et crédibilisent l’espace.        

La très grande majorité des dessins de Boudin entrèrent au Louvre après son décès en 1898. Ne sont restés en mains privées que certains de ceux que l’artiste avait vendus ou donnés de son vivant, et celui-ci, par son sujet original et son traitement raffiné, est plus rare encore.